Chapitre 3: Ebauche de caractères

1) Le drogué repenti numéro un

Danny trouva Casey Stevens dans la salle des accessoires. C’était un homme d’une quarantaine d’années, roux, le visage marqué par la drogue. Il s’affairait à ranger de petits accessoires avec des gestes qui traduisaient sa nervosité.

« Casey Stevens ? Je suis l’Agent Taylor, du FBI, dit Danny en montrant sa carte. J’enquête sur la disparition de Sara Davenport.

- Qu’est-ce que je peux faire pour vous aider ?

- Il paraît que vous vous êtes disputé avec Sara il y a quelques jours. C’était à propos de quoi ?

- Ah, d’accord, je vois, s’énerva l’accessoiriste. J’ai trempé dans la came, alors vous essayez de me mettre ça sur le dos.

- Mais non. On doit juste savoir ce qui s’est passé dans la vie de Sara avant sa disparition. Vous voulez nous aider, ou non ?

Stevens baissa la tête, réfléchit un instant.
- Oui, bien sûr. C’est une fille bien, Sara. En fait, c’est elle qui m’a aidé à arrêter l’héro. Et à trouver ce boulot. Et puis, mardi, elle a cru que j’avais replongé.

- C’est le cas ?

- Non... Elle a trouvé un sachet de came dans mon casier. Mais je vous jure que c’est pas moi qui l’y ai mis, je suis prêt à faire un test anti-drogue si ça peut vous convaincre.

*°*

* Jimmy you know, everybody hates you when you’re living off rock’n’roll
So you get high, tonight

Mardi 22 octobre, 10h.

Sara sortit des vestiaires, serrant quelque chose dans la main, et se dirigea directement vers Stevens, qui discutait avec un machiniste.
« Casey, tu as une minute ?

 And Jimmy you lied, I wonder if you ever get back here alive
So you get high, tonight

 En voyant son air furieux, il la suivit immédiatement.
- Qu’est-ce qu’il y a ?

- T’as replongé, c’est ça ?

- De quoi tu parles ?

- De ça, fit-elle, encore plus en colère, en ouvrant la main pour lui montrer un sachet rempli de poudre blanche. Je l’ai trouvé dans ton casier.

- Je te jure que je ne sais pas ce que ça fout là.

Elle le regarda droit dans les yeux, l’air inquisiteur.

‘Cause you don’t need nobody to make it on your own
You don’t need nobody, you’d rather be alone

- Je vois que la confiance règne... Pourquoi t’as fouillé dans mes affaires ?

- Je m’inquiétais pour toi, Casey. Je croyais que...

- Sara, je te jure que je ne suis plus accro. Ça fait trois mois que j’y ai plus touché et pour la première fois depuis des années, j’ai réussi à garder un boulot plus d’un mois. Grâce à toi. Crois-moi, je ne vais pas tout gâcher.

So Jimmy gets high, tonight…
Jimmy gets high, tonight…

 Voyant qu’il semblait sincèrement blessé et connaissant par cœur ses réactions lorsqu’il était défoncé ou en manque, Sara baissa les yeux.
- Mais alors, d’où vient ce fichu sachet ?

- J’en ai aucune idée. T’es sûre que ça va ? demanda Casey en la voyant s’appuyer au mur.

- Ouais, t’inquiète, je suis pas dans mon assiette ces derniers temps. Je suis vraiment désolée de t’avoir soupçonné si vite.

- Hey, Stevens, on a besoin de toi ici ! » appela la voix du metteur en scène.
Casey s’éloigna.

*°*

- Vous voulez vraiment me faire croire que ce sachet n’était pas à vous ? fit Danny, sceptique.

- Sinon, ça me paraît évident que je vous en aurais pas parlé.

Danny fut obligé de reconnaître le bien-fondé de l’argument.
- Et vous dites que c’est Sara qui vous a trouvé ce boulot ? Depuis quand vous la connaissez ?

- Ça fait à peine plus de trois mois. Elle a bossé dans un bar à Philadelphie, où je passais le plus clair de mon temps. Cette fille est un ange, au sens propre du terme. Elle a pour ainsi dire sauvé la vie de la patronne du bar, qui voulait pas payer la part de la mafia sur la recette. Et elle m’a sorti de la drogue.

- Elle a été serveuse ? Et maintenant, actrice ?

- Ouais. Si j’ai bien compris, c’était pour rendre service à la productrice, une amie à elle. Mais j’en sais pas plus. En fait, elle touche un peu à tout...

- Et vous avez une idée de qui pourrait lui en vouloir ?

- Je sais pas. Si, peut-être Natisha, l’actrice qui devait jouer Juliette avant son accident. Elle était pas franchement ravie de voir le rôle lui passer sous le nez, même si c’était pas la faute de Sara. Et puis, y avait pas que ça. Je crois que Natisha était persuadée que Sara lui avait aussi piqué son Roméo. Enfin, Alex.

- C’est vrai ?

- Honnêtement, j’en ai aucune idée. J’ai pas vraiment le temps de me mêler des affaires des autres.

- Ah, et... L’accident de Natisha ? Comment est-ce arrivé ?

- Oh, euh... Vous êtes pas au courant ? L’ancien Tybalt... Tyson quelque chose. Reese, je crois. Il s’est fait faucher par une voiture. Ben, Natisha était avec lui pendant l’accident. Elle a eu de la chance, elle s’en est sortie avec une vilaine fracture et quelques égratignures, mais lui, il s’est retrouvé dans le coma.

- Il est encore vivant ?

- Oui, enfin, si on peut dire… De ce que j’ai compris, les médecins ne lui donnent aucune chance de se réveiller un jour… »

2) Le drogué repenti numéro deux

Gloria Mendoza avait été ravie que des journalistes demandent à l’interroger sur l’avocat qui avait sorti son fils de prison. Quant à Felipe, même s’il n’était pas fou des médias, il avait décidé de faire un effort pour sa mère… et puis, dire du bien de Jarod n’était pas si difficile.

« Merci beaucoup d’avoir accepté de nous recevoir, commença Sydney, assis sur le vieux canapé de l’appartement des Mendoza, entre Melle Parker et Broots.

- C’est un plaisir, répondit Gloria. Je vous en prie, servez-vous, continua-t-elle en montrant les tasses de thé et les cookies qu’elle avait disposés dans un plateau posé sur la table basse.

- Alors comme ça, vous avez été innocenté grâce à l’aide de ce Maître… demanda Melle Parker à Felipe, faisant mine de chercher un nom dans ses notes.

- Meyer, précisa ce dernier. Maître Jarod Meyer, effectivement.

- Vous pourriez nous en parler un peu ?

- C’est simple, Jarod m’a sauvé la vie. Quand il est apparu, personne ne croyait plus en moi – sauf ma mère. J’étais au bout du rouleau…

*°*

Jimmy you lied, I’m hoping that soon maybe life it don’t pass you by
So Jimmy gets high, tonight

 4 octobre, 15h, centre de détention provisoire.

Felipe, les traits tirés et un œil au beurre noir, pénétra dans le parloir, accompagné d’un gardien. Il sonda la pièce du regard pour trouver sa mère, et sursauta en voyant qu’elle était accompagnée.

Il s’assit avec réticence en face d’eux, fixant l’homme. Il était difficile à cerner, mais c’était sans doute un flic ou un détective privé engagé par sa mère. Comme si elle avait de l’argent à gaspiller dans ce genre d’idioties ! Comme si cela pouvait changer quoi que ce soit.

And Jimmy you know, everybody hates you when you’re living off your rock’n’roll
So you get high tonight

« Hijo, commença Gloria, je te présente Jarod Meyer. Il est avocat et il voudr…

- Mama, s’énerva Felipe, il faut que tu arrêtes. Je refuse que tu te fasses arnaquer par des charlatans dans son genre, tout ça pour que je me retrouve en taule quand même. Tout le monde est persuadé que c’est moi, ils ont déjà décidé de me condamner, alors arrête. S’il te plaît.

Cause you don’t need nobody to make it on your own
You don’t need nobody, you’d rather be alone

C’est alors que l’avocat prit la parole. Il parlait d’une voix douce et humble, et fixait son interlocuteur droit dans les yeux.

- Je comprends que vous ayez perdu confiance. Mais croyez-moi, je ne suis pas là pour extorquer de l’argent à qui que ce soit. En fait, je voudrais vous défendre gratuitement.

- Moi, gratuitement ? s’étonna Felipe, un brin perplexe. Pourquoi ?

So Jimmy gets high, tonight
And Jimmy gets high, tonight *

 - Peut-être que tout le monde n’est pas persuadé de votre culpabilité, finalement… »

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×